Présentation de Philippe Lacroix

07 février 2006

Le CPE sera inefficace dans la lutte contre le chômage des jeunes

  • L’effet d'aubaine sera accentué par l’allègement total des cotisations patronales de sécurité sociale sur les CPE concluent avec des jeunes de moins de 26 ans, ayant connu six mois de chômage. Une telle disposition risque de conduire les employeurs à retarder l'embauche d'un jeune à l'échéance de cette période de 6 mois et par conséquent à accentuer encore la période de chômage et de difficultés dans laquelle ceux-ci seront inclus.

  • Le taux de chômage des jeunes est très étroitement corrélé au taux de chômage global et à la situation économique générale. Si le chômage des jeunes a baissé de manière spectaculaire entre 1997 et 2002, c'est qu'il a profité à plein des créations d'emploi massives qui sont intervenues tout au long de cette période. Si à l'inverse, le chômage des jeunes a augmenté de manière rapide à partir du printemps 2002, c'est pour la raison symétriquement inverse, les jeunes ont été les premiers frappés par le retournement de la conjoncture et la réapparition de difficultés sérieuses sur le marché du travail. La condition sine qua non de création d'emplois en faveur des jeunes réside donc dans un marché du travail actif et des créations nettes d'emploi favorables et dynamiques, et non dans la mise en place d’un nouveau contrat de travail.

  • Il n'existe pas de lien entre le niveau de protection de l'emploi et le taux de chômage dans un pays donné. Les travaux qui ont été conduits par l'OCDE à ce sujet ont tous montré que la France se trouvait dans une situation moyenne en la matière, légèrement rehaussée par les protections s'appliquant au contrat à durée déterminée et à l'intérim.

Posté par Philippe LACROIX à 11:07 - Vie politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)