Présentation de Philippe Lacroix

12 mars 2007

Parrainage : lorsque des médias glorifient la corruption

La manière dont les télévisions traitent la question des parrainages à la candidature pour l'élection présidentielle est choquante.

J'ai été tout particulièrement consterné de voir, la semaine dernière, des reportages sur le même Maire, d'un petit bourg du Calvados qui revendiquait le fait de "vendre" sa signature au plus offrant. Il faut savoir que cela porte un nom en droit pénal : la corruption passive. Durant ce week-end, ce fut l'ancien ministre Aillagon qui a communiqué sur le fait qu'il avait procédé à un tirage au sort dont Besancenot sortait vainqueur. Ce matin, un autre Maire rural était porté à la notoriété médiatique pour le même appel explicite à la corruption.

Le parrainage a été souhaité par De Gaulle et renforcé en 1976, par Giscard, afin d'éviter à ce que des candidats anecdotiques puissent se présenter. C'est inscrit dans notre bloc constitutionnel. Soit notre Constitution est mauvaise, sur ce point, et on la modifie, soit elle convient et alors, on la respecte.

Il n'est pas acceptable que des médias, sous couvert d'une mise en spectacle de l'information par la recherche de la dramatisation, couvrent des délits de corruption.

Posté par Philippe LACROIX à 17:38 - Élection présidentielle - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)