Présentation de Philippe Lacroix

27 mars 2005

Projet du quartier de l'Université - 1

Le 14 mars dernier, je présentais les grandes lignes du projet sur le site que nous nommons le « Nœud Papillon », à cause de sa forme. Cependant, ce projet constitue la base du futur quartier de l'Université. Il s’agit d’un projet d’envergure, à l’horizon 2012, de 132 000 m2 de construction.

C’est une opération stratégique qui constituera le cœur du projet Seine-Arche, en recréant du lien entre, la gare Nanterre-Université, l’Université Paris X, les trois cités environnantes, le centre administratif (préfecture, hôtel du département, TGI) et les Terrasses de Nanterre.

nanterre_papillon

L’enjeu est de créer de la vie urbaine sur un site sui n’a jusqu’ici été qu’un lieu de transit et de passage. Notre parti-pris est de penser ce site comme un véritable cœur de ville, réunissant à travers l’organisation des lieux et les choix de programmation, toutes les conditions de la mixité qui marque le caractère des quartiers vivants (mélange des fonctions, des flux, des catégories sociales et des générations).

Ce projet est d’une grande complexité et il est conditionné par d’autres opérations lourdes :

  • Le déplacement et la reconstruction de la gare Nanterre-Université. Elle fut construite en provisoire, il y a plus de 30 ans. Elle est la deuxième gare en flux dans la région (35 000 voyageurs/jour). Sa reconstruction a été une de nos premières exigences concernant le projet Seine-Arche. L’objectif est de construire un « pôle multimodal » alliant RER, train, tramway, Bus. Son coût estimé est de 130 m€.

  • Le déplacement des ateliers de la RATP. Démolis, ils seront reconstruits dans le secteur des Groues.

  • L’aménagement progressif des Terrasses de Nanterre.

  • La poursuite du schéma directeur d’aménagement de l’Université Paris X.

  • Le renouvellement urbain, dans un premier temps, de la cité des Provinces Françaises, puis dans un second temps, de celui des cités Marcelin Berthelot et Anatole France. En effet, nous n’avons pas le droit d’engager un aménagement à deux vitesses. La population actuelle a droit au beau et au fonctionnel.

L’ensemble du projet n’est réalisable qu’avers l’association de la population et le dialogue. Il s’agit de produire un quartier sur des bâtis existants et de faire vivre l’ensemble. Nous devons travailler dans la durée, prendre le temps de la ville, le temps des habitants, le temps des aménageurs.

Posté par Philippe LACROIX à 21:58 - Aménagement de Nanterre - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)