Présentation de Philippe Lacroix

13 septembre 2006

Protéger nos libertés

Le projet de loi de prévention de la délinquance qui vient en discussion au Sénat le 13 septembre (http://www.senat.fr/dossierleg/pjl05-433.html) comporte toujours, dans son article 5, une mesure de levée du secret professionnel dans le cas de personnes présentant de graves "difficultés sociales, éducatives ou matérielles" au profit du maire de la commune. Ainsi, les professionnels de santé ou de l’action sociale seraient dans l'obligation d'informer systématiquement le maire de difficultés qui relèvent d’un soutien social, éducatif ou de soins, au nom de la prévention de la délinquance.
Or chacun sait qu'il est essentiel que les citoyens puissent continuer à bénéficier de garanties de protection de l’intimité de leur vie privée, lorsqu'ils ont besoin d'une aide. C’est parce qu’ils savent cette confidentialité protégée que les parents acceptent de faire part de leurs difficultés les plus graves et de recevoir le soutien des professionnels qui sont alors fondés à élaborer avec eux des mesures de prévention ou de soins.
A l'évidence, selon le projet actuel, les familles ne pourraient plus faire confiance à ces professionnels et leur parler librement de leurs difficultés.
Si cet article était voté, c'est la condition première de tout travail de prévention efficace et de qualité qui serait détruite. Alors, au nom d'une soit-disant meilleure efficacité de la prévention, on aboutirait au résultat inverse.

Posté par Philippe LACROIX à 16:38 - Question sociale - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Cet article a été référencé sur LePolitoscope.net

    Posté par Le Politoscope, 13 septembre 2006 à 22:24

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)