Présentation de Philippe Lacroix

31 mars 2006

Depuis longtemps, Chirac ne comprend plus la France et son peuple

736949520On attendait de Chirac qu'il se comporte comme un chef d'Etat, garant de la cohésion sociale comme la Constitution lui en donne la responsabilité, Il n'est apparût, ce soir, lors de son intervention télévisée, que comme le VRP de son Premier Ministre et comme un chef de clan doctrinaire. Un triste sir sans vision de l'avenir !

Il y aura rarement eu de Gouvernement de droite aussi campé dans ses certitudes idéologiques. Chirac ne comprend plus la France et il est totalement coupé du pays réel. Comment penser que le calme puisse revenir ? Comment croire que la confiance en l'avenir puisse être restaurée à court-terme ?

L'hypothèse que l'on peut émettre est celle de la stratégie du besoin d'ordre. De Villepin et son porte-parole Chirac visent à ce que les Français expriment, ce qui apparaît toujours dans des moments de troubles, leur attente du retour de l'ordre. Ainsi, la mesure idéologique du CPE serait confortée.

Cependant, on peut craindre que la désespérance soit, dans l'immédiat la plus forte, à juste titre. Dès lors, il revient à la gauche, mais aussi aux composantes responsables du centre et de la droite, d'appeler à la mobilisation citoyenne. Visiblement, de décembre 1995, Chirac et de Villepin n'ont rien appris. Nous nous trouvons à l'aube d'une grave crise institutionnelle et constitutionnelle.

Posté par Philippe LACROIX à 22:43 - Commentaires politiques - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Vous attendiez que Chirac...

    ...se comporte en chef d'état ? VOUS réviez, la loi promulgué, s'applique dès le 2 avril !!!
    C'est la loi, et rien ne sera changé ! ! !
    Je ne sais même pas comment vous aider , et j'en suis triste.....
    Félicitations pour vôtre nouvelle crêche ! ! !

    Posté par soleilen73, 01 avril 2006 à 21:40
  • Avec le CPE-CNE, on voit à quel point les crises sociale, politique et institutionnelle ne sont que les facettes d'une même crise, vu à travers des prismes différents. C'est une erreur politique que de ne pas prendre à bras le corps, au sein du PS, la question de la refonte de nos institutions. Car si le mot d'ordre d'une nouvelle République était le nôtre, nous aurions au moins un angle d'attaque fort dans la perspective de la construction d'un alternative politique à la droite.
    Le rôle d'une constitution est, avant tout, de créer les conditions de la délibération collective et de la décision, afin de réduire les espaces de violence et d'autoritarisme personnel ou collectif.
    En ayant foutu à la poubelle d'un revers de main la question de la 6ème République, nous nous sommes, je l'espère provisoirement, privés d'un outil puissant de refondation de notre pacte politique et social.
    Avec ce qui se passe sous nos yeux, je ne vois pas comment la gauche, et le PS en particulier, ne peut pas porter ce projet d'une nouvelle République, sauf à considérer que seuls les projets individuels, sources de toutes les dérives autoritaires, car nul n'est à l'abri, sont désormais le seul horizon heureux....

    Posté par JMG, 03 avril 2006 à 13:57

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)