Présentation de Philippe Lacroix

28 novembre 2005

Intervention lors de l'atelier territorial pour le SDRIF

im_logo1_cridfVendredi 25 novembre, lors de l'atelier territorial réuni par le Conseil Régional, dans le cadre de la préparation du Schéma Directeur de la Région Île de France (SDRIF), j'ai été amené à faire une intervention :

"Ce qui caractérise notre territoire (l'ouest parisien), c'est la ville et le fait urbain. Cela explique que les thèmes de l'urbanité et de l'imaginaire urbain soient aussi importants. Comment nous représentons-nous la ville ? Dans ce cadre, la question de la densité est essentielle car elle est source d'incompréhensions et d'ambigüités.

La ville est faite d'une densité d'habitats variés, de logements aux statuts divers (sociaux, propriétés...) d'activités, de modes de déplacements et de services au public. C'est le mélange et la mixité qui forme la ville. Aujourd'hui, les fausses représentations concernant la densité sont nombreuses et l'érige en tabou. Or, alors que le discours évoque de fortes densités pour les cités populaires des années 60-70, la réalité est inverse. Nombre de cités sont des champignons de densités de logements au milieu de désert de relations positives, désert d'activités, désert de transports et même désert d'habitat.

Nous devons renverser ce tabou et accepter la densité urbaine. Une densité de qualité faite de la mixité des usages et des fonctions. Par ailleurs, la densité constitue la clé de notre développement respectueux du futur.

Certains évoquent le nécessaire rééquilibrage entre l'ouest et l'est parisien. Il ne faudrait plus construire de bureaux à Nanterre. C'est une idée fausse, voire une ineptie. En effet, la question est aussi celle de la fiscalité locale et en particulier autour de la taxe professionnelle (TP). Nanterre bénéficie d'une TP importante mais qui ramenée aux besoins sociaux de la population est très loin d'être excessive. Cependant, autour de Nanterre, certaines communes ne savent pratiquement plus quoi faire de leurs ressources fiscales. Courbevoie et Puteaux ont atteints un niveau d'indéscence (par exemple, la piste de ski, devant la mairie de Puteaux, pour 1 M€ ou l'illumination de la ville pour une autre million) qui démontre l'urgence d'instaurer une vraie péréquation, à des fins de justice sociale".

Posté par Philippe LACROIX à 16:07 - Aménagement de Nanterre - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)