Présentation de Philippe Lacroix

25 juin 2005

Sarkozy, une semaine de dérapages (contrôlés ?)

La semaine écoulée a été, malheureusement, riche en dérapages de Sarkozy. J'en ai retenu trois :

  • Lundi 20 juin, lors de sa visite spectacle à la Courneuve, ce fut sa première sortie sur sa volonté de "nettoyer au karcher" la cité des 4 000 ;
  • Le soir même, devant l'association Bible à Neuilly, il évoquait en détail sa "conception de la laïcité" ;
  • Mercredi 22 juin, il mettait en cause un juge d'application des peines, faisant ainsi fi du droit constitutionnel.

Nicolas SARKOZY est un récidiviste, dans ces déclarations haineuses sur le « nettoyage des cités » comme dans ses amalgames entre immigrés et délinquants, chômeurs et truands. Il s'agit pour lui de gratter le ventre des personnes qui prennent pour argent comptant ses rodomontades, plus proches des propos d'un comique troupier que, de ce que nous sommes en droit d'attendre d'un responsable national. Par ses contre-vérités, il fait courir le risque de l'incompréhension croissante envers l'action politique.

Ses discours continuels sur la laïcité, depuis ces derniers mois, indiquent combien la conception qu'il défend est éloignée de celle qui s'est construite de haute lutte depuis la fin du XIXe siècle. J'ai déjà écrit, qu'à mon sens, la laïcité était une des plus grandes inventions humaines en cherchant à séparer le domaines des croyances religieuses de la conduite du monde temporel. Sarkozy récuse la distinction entre sphère privée et sphère public. Il y a là, en final, les fondements d'une certaine forme de totalitarisme.

Toujours au nom de l’ordre, il s’attaque maintenant aux juges dont il voudrait qu’ils ne soient plus indépendants. Comment, dès lors, nous élus, pouvons-nous prétendre à faire respecter l'autorité judiciaire et ses décisions par nos concitoyens, lorsque le ministre de l'intérieur s'assoit sur les principes constitutionnels de la séparation des pouvoirs et de l'indépendance de la magistrature.

Les différents protagonistes, du gouvernement, au chef de l’État en passant par l’UMP, acceptent désormais sans sourciller que Nicolas SARKOZY intervienne de toutes les manières, à tout moment et sur tout sujet. Ils croient tous sans doute que cela permet de camoufler les résultats désastreux de leur politique menée depuis 3 ans.

Beaucoup plus spectaculaire qu’efficace, l’action de Nicolas SARKOZY ne fait déjà plus illusion. Ses discours naguère jugés si populaires, apparaissent pour ce qu’il sont, simplement populistes et démagogiques.

Si ces dérapages sont contrôlés, ils sont particulièrement inquiétant de la part du "vice-Premier ministre" qui souhaite devenir calife à la place du calife. Dans l'hypothèse où ils ne le seraient pas, nous devons, tout autant, nous en inquiéter car cela reflèterait, ainsi, une personnalité versatile selon le chant des sirènes populistes.

Une fois de plus, « le vice-Premier ministre » stigmatise, caricature mais ne règle en rien les problèmes de fond de nos concitoyens.

Posté par Philippe LACROIX à 17:56 - Commentaires politiques - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Contrôlé?

    En rapprochant diverses affaires et faits divers sur ces trois derniers mois il s'avère que, pour certains, ses mesures n'ont fait qu'envenimer la situation.

    J'attend de voir les suites car il y en aura malheureusement encore.


    L'incendie récent de l'immeuble HLM de L'Häy-les-Roses (Val-de-Marne) a rappellé que fumer et enfumer tue et, dans ce village, ils ont règlé leurs comptes à coup de barre à mine, d'un article de libé du 12 septembre:

    "Enfant de l'assistance, Alain est sous tutelle, invalide à 80 %. A 38 ans, il ne sait pas vraiment lire, ni compter. Cela fait maintenant quinze ans qu'il habite le village avec Marinette Belloeil, qu'il appelle «maman». Marinette n'est pas administrativement sa mère adoptive, elle l'a recueilli à 3 mois. Devant la haine exacerbée du village, elle a lancé la procédure d'adoption."


    A première vue, d'aucun rapport...

    Posté par Bruno KANT, 13 septembre 2005 à 00:56

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)