Présentation de Philippe Lacroix

17 juin 2005

Non, les tours Aillaud ne seront pas détruites

nuages13rUn article dans le journal Le Monde du 16 juin dernier relance une polémique initié par l’Office Départemental HLM des Hauts-de-Seine (OPDHLM), concernant les tours « Aillaud » à Nanterre, que l’on pensait éteinte.

Selon l’article : « Aujourd'hui, les dix-huit tours "nuages"  de 1 607 logements, …, sont le cauchemar des bailleurs sociaux qui en assurent l'entretien. Un gouffre financier pour l'Office public départemental HLM (Opdhlm) des Hauts-de-Seine et l'Office municipal de Nanterre, qui se partagent leur gestion. » Pour ce qui concerne l'office municipal, cette affirmation est fausse.

Il est ensuite écrit : « Mais ce sont les deux immeubles de grande hauteur (IGH) de 38 étages qui dominent la cité qui coûtent le plus cher, … L'Office départemental a en projet la destruction des deux tours, soit 360 appartements, avec, en contrepartie, le relogement des familles dans le programme d'aménagement Seine-Arche, à Nanterre… ».

Je me dois d’écrire, très clairement, que détruire les Tours Aillaud, comme l’annonce l’OPDHLM, de façon impromptue dans le Monde, ne figure absolument pas dans les projets de la ville de Nanterre. Il n’en est pas question. 

Les tours Aillaud logent aujourd’hui 1 621 familles, et l’office départemental se plaint des coûts d’entretien excessifs de ces bâtiments. Or, de son côté l’office Municipal HLM, qui gère 672 de ces logements, dont une tour de grande hauteur, ne constate dans sa gestion courante aucune charge supplémentaire due à l’entretien de ce patrimoine. Sans doute parce qu’il prend soin de le pratiquer de façon régulière.

Alors où réside le problème ? Pourquoi assiste-t-on à ce genre d’annonce ?

Trois points principaux doivent être évoqués :

  • La politique d’attribution des logements par l’OPDHLM consiste encore à ce que les familles les plus pauvres et les plus en difficulté soient logées sur Nanterre. Le Conseil Général considère certainement que la politique sociale de la ville permettra leur accompagnement ! Il n’en demeure pas moins que nous assistons, démunis, à une concentration de pauvreté qui n’est pas propice à la mixité sociale. Pourquoi ne pas loger ces familles dans des communes comme Puteaux, Courbevoie, Neuilly ?

  • L’OPDHLM ne brille pas par sa gestion de son patrimoine et de ses locataires. Il suffit de constater la différence avec les bâtiments de l’office municiaple. Pourquoi l’OPDHLM ne parvient-il pas à réaliser ce que l’office municipale réussi pour un coût bien inférieur ?
  • Je pense, par ailleurs, qu’il faut comprendre la volonté de l’OPDHLM de se débasser des tours Aillaud, comme étant celle de la recherche de la valorisation d’un secteur de Nanterre qui bénéficierait à Puteaux (dont la Maire est la députée supléante de Sarkozy). A ce sujet : http://www.ps-puteaux.com/actualites2/2004/040204-hautdeputeaux.htm

Pour l’OPDHLM, nous sommes, dans une certaine mesure, dans la continuité des errements de la gestion Balkany-Schuller, même si des progrès ont été réalisés. Encore une fois, l’OPDHLM et les élus de droite du conseil général pensent qu’ils peuvent disposer de la vie des personne et du territoire de Nanterre. Cette époque est terminée !

Ce quartier du Parc, où sont situées ces bâtiments, est un quartier important de la ville. Il dispose de nombreux atouts mais il est confronté à des difficultés réelles. C’est pourquoi le conseil municipal a décidé de lui accorder une attention particulière, et de faire de son avenir une de ses priorités pour les années prochaines.

Un projet de renouvellement urbain et social sera mis en œuvre dans ce quartier, dans la poursuite de la première convention passée avec l’État l’an passé. Ce programme sera nécessairement élaboré avec les partenaires de la ville, les bailleurs, et les habitants qui devront être au cœur du dispositif engagé.

Posté par Philippe LACROIX à 10:09 - Aménagement de Nanterre - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)