Présentation de Philippe Lacroix

01 novembre 2004

Réponse de Philippe LACROIX à la question orale de Jean-Pierre BARDEAU du groupe Les Verts, séance du Conseil Municipal du 26 oc

Sans aborder, maintenant, le plan d'actions pour la sécurité et la prévention dans les quartiers du Parc, ce qui a fait l'objet d'une présentation détaillée et d'un débat intéressant, au début de cette séance du Conseil Municipal, je vous répondrai, Jean-Pierre BARDEAU en présentant à l'assemblée le cas de la forte implication de l'association CNEPP et du soutien constant, de l'accompagnement depuis le début de la ville.

Le CNEPP a commencé à oeuvrer en 1998. En 1999, avec l'appui de la ville, cette association a ouvert une structure petite enfance originale, pour quatre raisons :

  • Orginale car le projet a consisté à ouvrir sur des horaires destinés à accueillir des enfants dont les parents sont contraints, pour survivre, de travailler tôt le matin ou tard le soir.
  • Originale car l'organisation était celle d'un multi-accueil mixant crèche collective et halte-accueil.
  • Originale car le CNEPP a accompagné l'activité d'accueil de jeunes enfants d'un travail de fond de soutien à la fonction parentale et de formation des parents.
  • Originale car la structure d'accueil de la petite enfance était portée par une association. Cela concourrait à une valeur ajoutée importante liée à l'implication bénévole.

Le CNEPP et sa structure d'accueil de la première enfance on su s'insérer, rapidemment,  dans le quartier des tours Aillaud et devenir un service public, de fait, porté par l'association. Elle est devenue un acteur incontournable et majeur de ce quartier, contribuant à son développement social au travers de son action d'accueil, éducative et d'accompagnement des parents.

Par ailleurs, le CNEPP a acquis une stature particulière à Nanterre. En effet, elle a été un lieu de forte innovation, tant dans l'organisation de l'accueil des enfants que dans l'accompagnement des parents dans leur responsabilité éducative.

Les bénévoles et les professionnelles du CNEPP ont su construire des relations très positives à leur environnement. Une confiance réciproque s'est nouer.

Cependant, cela n'a pas empêché des difficultés. Lors d'une première, que j'ai déjà évoqué ici, les locaux de la crèche ont connu une intrusion avec d'importants dégats liés au vandalisme. Nous avons apporter soutien et récomfort, avec l'assistance de nos services techniques, par l'accueil des enfants dans nos structures municipales, la liaison permanente aux bénévoles, aux professionnelles mais aussi, aux parents. Ce fut très concrèt.

La seconde difficulté eut lieu les 26 et 27 septembre dernier. Des nouvelles intrusions ont été suivies de vols de matériels divers et de couches. Là encore, les services municipaux et les élus ont été présents dans le soutien actif.

Mais revenons à l'association elle-même. A partir de 2002, elle a commencé à connaître des difficultés financières, pour deux raisons concomittantes :

  • Le CNEPP a subit durement les difficultés de recrutement des professionnelles de la petite enfance. L'obligation de recourir à l'intérim a renchéri son coût de fonctionnement.
  • La seconde a trait aux parents des enfants accueillis. Ceux-ci ont des revenus très faibles, bien que travaillant, pour l'essentiel. Il en a résulter que le taux de participation des parents a diminué, pour ne plus représenter que 5 % des recettes.

La ville a pris ses responsabilité et j'ai réuni à quatre reprises, depuis, une conférence des financeurs du CNEPP : la CAF, le Conseil Général, l'Etat par l'intermédiaire du contrat de ville, la DDTEFP, le FASILD et bien entendu la ville de Nanterre. Cela a permis que tous les financeurs s'engagent financièrement d'une manière exceptionnelle en 2003, puis en 2004.

La question a été posée du devenir de la structure petite enfance portée par le CNEPP.

En effet, cette association ayant fait la démonstration des besoins sociaux et des réponses à apporter, était-il, dès lors, raisonnable de concentrer dans cette seule structure une offre de service pour une population aussi peu mixée. Par ailleurs, le CNEPP s'interrogeait légitiment sur le cœur de son projet associatif qui n'était pas de gérer directement un équipement, mais de développer une activité d'accompagnement parental.

Dans ce débat, la ville de Nanterre a proposé au CNEPP de reprendre l'activité d'accueil des jeunes enfants afin de lui permettre de se recentrer sur son projet central.

Les modalités visent à accueillir les enfants dans plusieurs équipements à proximité et à ouvrir dans l'un d'entre eux une section ayant des horaires élargies d'accueil, entre 6 h 30 et 20 h 30. Par ailleurs, il est indispensable de continuer à assurer une présence dans le quartier des tours Aillaud. Pour cela, la ville va transformer la crèche du CNEPP en une halte-accueil, permettant de répondre, ainsi aux besoins d'accueil plus ponctuel exprimés dans les quartiers du Parc Nord et Sud. Cela constitue, une des dimensions d'action du futur centre social.

Le CNEPP ne disparaît pas. Bien au contraire, vous avez pu voir que la convention du plan d'action pour les quartiers du Parc, fait référence, d'une manière explicite, à cette association pour développer un ensemble d'actions en direction des parents. Nous continuerons à la soutenir dans ce projet.

Vous avez donc là, un cas que je qualifierai d'exemplaire, d'une coopération entre une association et une ville. Chacune a été respecteuse de l'autre, ce qui a permi des impacts très positifs pour le quartier des tours Aillaud et, de contribuer, ainsi d'une manière très concrète et dans la durée au développement social et à la prévention.

Posté par Philippe LACROIX à 19:31 - Petite enfance - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire







 

Haut de la page
Nanterre et politique - Philippe LACROIX (v 2.1)